Nos vies Rêvées, de Barbara Israël

Betty pourrait bien être le pendant rock’n’roll de Bridget Jones. Elle fume, elle boit. Plus encore, elle nourrit un talent particulier pour les situations chaotiques et une passion indéfectible pour Morrissey et les Ramones.
La trentaine passée, Betty arrive à une étape cruciale de sa vie : la remise en question. Si elle manque d’épanouissement professionnel, elle travaille deux fois par semaine dans un magasin de chaussures, elle n’est pas mieux lotie dans sa vie personnelle, elle vient de se faire larguer par son mec après 15 ans de vie commune. Comme toute personne normalement constituée, elle trouve donc du réconfort auprès de choses simples : le cynisme, son chien Manhattan et des soirées arrosées.

nos_vies_revees Narrateur-personnage, Barbara Israël se glisse dans la peau de cette trentenaire et nous raconte son amour sans faille pour Alex (qui a failli le jour où Manhattan est entré dans leur vie), les idéaux qu’ils partageaient et sa relation excentrique avec son meilleur ami Zeno. Sarcastique et drôle, elle tente de reconstruire le fil de ses souvenirs en même temps que son avenir. Avec un certain réalisme désenchanté, elle évoque ces vies dont ils avaient tant rêvé avant d’être rattrapés par le temps qui passe, la jeunesse qui s’efface… Désinvolte et utopiste, Betty est surtout un personnage attachant, que l’on prend plaisir à découvrir au fil des pages de ce conte plus que charmant. À lire absolument !

Nos vies Rêvées de Barbara Israel – Aux éditions 10/18.

Prix : 8,50€